Passer aux informations produits
1 de 12

Volume 15

Volume 15

Archives

Prix habituel €20.00
Prix habituel Prix soldé €20.00
Épuisé

Se plonger dans les archives est une formidable occasion de réfléchir au temps qui file, à la manière de conserver des traces du passé et de choisir celles que l’on voudra laisser dans le futur.

Si ce quinzième volume papier a des odeurs de nostalgie, il n’est pourtant pas question de s’amouracher du « c’était mieux avant ». Il s’agit plutôt de savoir scruter avec attention les traces du passé pour imaginer les chemins du futur. En prenant garde de chérir le présent. Car nos bons souvenirs de demain, c’est aujourd’hui que nous les vivons.

Afficher tous les détails
  • Thématique

    Archives

    Sorti en juin 2022

  • Formule

    304 pages
    Imprimé en France
    Papiers recyclés

  • Couverture

    Poster photo dépliant

  • Packs et abonnement

    Rendez-vous en bas de page ou cliquez ici

Outdoor Memoria

Rencontre avec celles et ceux qui étudient, préservent et réutilisent l’histoire de l’outdoor

Si l’histoire de l’outdoor est encore peu étudiée, les passionnés qui remontent le temps et travaillent à la sauvegarde de cet héritage sont de plus en plus nombreux. Au coeur de l’université de l’Utah, Chase Anderson et Clint Pumphrey ont créé l’Outdoor Recreation Archive, une archive qui regroupe les traces des premiers acteurs du secteur. Ils nous ont ouvert leur bibliothèque, à la découverte de véritables pépites…

Mystère à 8000 mètres

L’Enquête la plus haute du monde

Le 8 juin 1924, George Mallory et Sandy Irvine disparaissent
vers 8 600m sur les pentes de l’Everest. Ont-ils été les premiers hommes à atteindre le plus haut sommet du monde, 29 ans avant les vainqueurs officiels ? La réponse à cette question mythique pourrait se trouver sur la pellicule de l’appareil Kodak Vest Pocket de l’expédition. Mais les recherches piétinent. Retour sur l’histoire de cette enquête.

Abonnez-vous pour recevoir directement les prochains volumes

Nos abonnements

Swisstopo

Les derniers dessinateurs des Alpes suisses

L’Office fédéral de topographie envoie chaque année un avion photographier chaque centimètre carré des Alpes suisses. Les experts du relief ombré Adrian Dähler, Jürg Gilgen et Markus Heger sont ensuite chargés de mettre à jour les anciennes cartes à la main. Étant les seuls autorisés à modifier les Alpes, leur tâche s’intensifie avec la fonte des glaciers. La photographe Lucia Buricelli a immortalisé leur travail.

Les montagnes de mon grand-père

Sur les traces de sa famille

Il suffit parfois d’ouvrir une armoire pour raviver les souvenirs d’une époque révolue. Parfois même, pour entraîner la découverte d’un pan entier de la vie d’un proche. Quand sa grand-mère lui a présenté un classeur rouge qui appartenait à son grand-père disparu, Gilles Potte n’a eu qu’une seule envie : marcher sur ses traces.

Contenu réductible

Lire l'édito

En cette année 2022, Les Others fête ses dix ans. Dans le rétroviseur, une décennie d’articles en ligne et sur papier, des dizaines de milliers de photos, d’illustrations et de visuels en tout genre. Pour retracer le chemin parcouru, il faudrait ausculter une bibliothèque entière, dépoussiérer une bonne poignée de disques durs et scroller au plus profond de vieux groupes Facebook privés. Repoussante à première vue, cette tâche considérable révélerait pourtant en filigrane une information de taille : l’évolution de notre vision du monde.

Car si les archives ne représentent à la base qu’un simple système de sauvegarde, leur contenu dit beaucoup de nous. Qu’est-ce qu’on garde ? Qu’est-ce qu’on jette ? Et par extension, qu’est-ce qui reste et qu’est-ce qui disparaît ? Se plonger dans ces souvenirs est ainsi une formidable occasion de réfléchir au temps qui file, à la manière de conserver des traces du passé et de choisir celles que l’on voudra laisser dans le futur.

Du côté de l’industrie outdoor, Clint Pumphrey et Chase Anderson sont précurseurs en la matière. Au cœur de l’Université d’État de l’Utah, ils ont fondé l’Outdoor Recreation Archive (page → 65), une immense bibliothèque de catalogues publiés par les marques du secteur depuis le XIXème siècle, pour inspirer leurs étudiants, eux-mêmes futurs dirigeants, designers ou responsables marketing. À leurs côtés, nous avons réalisé que partir en quête d’objets anciens n’est pas toujours une mince affaire – et ce ne sont pas les alpinistes à la recherche du mystérieux Kodak de Mallory et Irvine sur les pentes de l’Everest (page → 225) qui vont nous contredire.

De nos jours, la mémoire laisse moins de place à l’oubli. La numérisation des archives publiques nationales offrent une richesse infinie à qui a la patience d’y chercher des pépites. Le photographe américain Bryan Schutmaat et l’historienne Ashley Davis y ont récupéré de vieux clichés afin de construire de toute pièce un récit photo de l’imaginaire du Grand Ouest (page → 145). Au passage, ils ouvrent définitivement la porte à une nouvelle ère : celle de la réutilisation des trouvailles du passé pour façonner de nouveaux projets créatifs. Une voie qui a aussi poussé Gilles Potte à explorer les montagnes de Haute-Savoie, un topo griffonné par son grand-père en poche (page → 128).

Enfin, le bureau d’étude Swisstopo qui cartographie le recul des glaciers (page → 113), le Smithsonian Museum et ses réserves d’animaux empaillés (page → 176) mais aussi les scientifiques qui prélèvent des carottes de glace pour prédire les modèles climatiques (page → 49) nous ont prouvé que les données archivées représentent une source d’informations précieuse pour faire face au défi climatique. Et si nous n’arrivons pas à éviter la chute, il restera toujours la boîte noire de l’humanité pour celles et ceux qui prendront la relève (page → 254).

Si ce quinzième volume papier a des odeurs de nostalgie, il n’est pourtant pas question de s’amouracher du « c’était mieux avant ». Il s’agit plutôt de savoir scruter avec attention les traces du passé pour imaginer les chemins du futur. En prenant garde de chérir le présent. Car nos bons souvenirs de demain, c’est aujourd’hui que nous les vivons.